top of page
Rechercher

Journée Internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes



Hier, comme depuis près d’un quart de siècle, les femmes ont marché pour la journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes.


On ne va pas se mentir, la réalité est sombre !


En dépit des efforts législatifs de 160 pays contre la violence domestique, les chiffres restent glaçants. 

Une femme sur trois, a au moins 1 fois dans sa vie   subie des violences physiques ou sexuelles.


En 2022, plus de 45 000 femmes et filles ont été assassinées par des partenaires intimes ou des membres de leur famille. 


Dans 31 pays, 200 millions de filles ont subi des mutilations génitales.


Le nombre de mariages forcés s'élève à 21 millions en hausse de 7 millions depuis 2016.


Les 5 pays les plus dangereux pour les femmes, selon l'université de Georgetown, sont


  • l’Afghanistan, grand gagnant de la liste sur 170 pays

  • la Syrie,

  • le soudan du sud, 

  • la république démocratique du Congo,

  • le Tchad


L’impact économique des violences est colossal :  rien qu'en Europe la violence de genre coute




L’adoption généralisée du numérique et de ses outils mobile, tablette, objets connectés de toutes sortes, a ouvert la porte à de nouvelles menaces qui toutes ciblent spécifiquement les femmes partout dans le monde.



Ces statistiques interpellent sur la nature de la masculinité et son rôle dans la perpétuation de la violence 




Pourquoi cette violence persiste-t-elle ? 


Quelles sont ses racines profondes ? 


Au-delà de l'urgence à soutenir et à accompagner les victimes, il est essentiel aussi de s'attaquer aux causes sous-jacentes de la violence, de la récidive, du traitement des agresseurs, de l’éducation des jeunes.


Plus de 2 millions de mineurs, visionnent chaque mois des contenus pornographiques, influençant la perception des garçons sur les violences : 42 % d’entre eux pensent que les filles apprécient les violences sexuelles. 


Il est plus qu’urgent d’envisager une transformation sociétale ou le respect prévaut sur la domination

Sans cela, la lutte contre les violences faites aux femmes a peu de chances d’aboutir.




Intégralité de l’ITW avec Bérangère Couillard - Ministre déléguée auprès de la première Ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.



Bérangère Couillard & Muriel Reus

31 vues0 commentaire

Comments


bottom of page